Hélène et Thomas Chassaing fr / en Menu

Texte d'introduction :

Début Mars, après un passage à Almeria pour suivre un exploitant agricole en pleine récolte des tomates, je vais dans la province de Huelva, toujours en Andalousie, pour photographier le travail dans les plantations de fraises et d’oranges.

Perdu au départ, je retombe rapidement sur des journaliers croisés à Almeria ou à Baena. Certains ont déjà trouvé du travail, d’autres attendent la pleine saison, dormant dans les rues ou dans les forêts à la lisière des champs. Les souffrances physiques et morales endurées, comme à Almeria, sont extrêmes. Ici, le travail de récolte de fraises est surtout exécuté par des milliers de femmes venues des pays de l’Est et du Maroc, dans le cadre d’accords entre pays (contrato en origen).

Environ trois mois durant, je documente autant que possible : le sort réservé aux travailleurs migrants venus de toute l’Espagne, titulaires de papiers ou pas. Mis en concurrence, ils sont condamnés par la nouvelle politique d’immigration (contrato en origen) à des travaux plus spécifiques, comme pulvériser des produits phytosanitaires ou servir de bouche-trous d’ajustement (par exemple le travail les week-end, les jours fériés et durant les pics de production).

(Extrait du texte Lisez l'histoire)


LISEZ L'HISTOIRE   REPORTAGE   ARCHIVE